Jardins

Jardins / Liorzhoù



jardins fleuris

Les actions pour sensibiliser et mobiliser les habitants, les enfants et les partenaires, sont nombreuses.

Dans cette démarche, Pluguffan organise depuis de nombreuses années le concours annuel des « jardins fleuris ». La participation active des habitants améliore naturellement leur cadre de vie.



Jardins familiaux

En 2010, la commune a mis à disposition une parcelle afin de créer des jardins familiaux. 10 lots de 130 m² environ permettent aux personnes n’ayant pas de jardin, de faire leur propre potager. La construction des cabanons a été confiée au chantier d’insertion de l’ULAMIR.

C’est un équipement important dans la création d’un lien social. Les conseils et la convivialité vont de pair dans ce genre d’aménagement.

Contact :

Association des jardins familiaux pluguffanais (a.j.f.p.)

Association les Jardins de Kroas ar Bleon,

31 rue Goarem Creis,

29 700 Pluguffan
Tél : 02 98 94 02 78


Jardins solidaires

Autre approche pour renforcer les liens sociaux à travers le végétal, 11 bacs ont été mis en place pour partager des fruits et des légumes. Offerts librement aux habitants, radis, rhubarbe, fraises et framboises font le bonheur des petits et des grands.

Enfin, l’implication des écoles dans diverses opérations d’embellissement du bourg est toujours appréciée par les parents et les habitants de la commune.


Retrouvez ci contre les modalités de lutte contre les plantes indésirables et frelons asiatiques.


Plantations et voisinage : règles juridiques

Vous pouvez faire pousser des haies, arbres et arbustes librement dans votre jardin. Toutefois, certaines règles de distances sont à respecter à proximité de la propriété de votre voisin.

Si vous ne dépendez pas d’un règlement de lotissement, s’il n’y a pas de réglementation propre à la commune (c’est le cas à Pluguffan) ou encore des usages locaux constants et reconnus, ce sont les règles du Code Civil qui doivent être appliquées, articles 671- 672- 673.

Règles générales

Il s’agit donc de plantations non mitoyennes, qui concernent les arbres, arbustes et arbrisseaux. Les autres plantations comme les fleurs ne sont pas concernées.

La distance minimale du milieu du tronc à la mitoyenneté est de 0.50 ml pour les plants ne dépassant pas 2 m de haut. Au-delà de cette hauteur, ils devront être  plantés  à  une  distance  minimale  de 2 m. La hauteur se mesure par rapport au niveau du terrain sur lequel l’arbre est planté.

Ce qui en découle :

– le voisin peut exiger que les plantations non conformes à ces règles soient arrachées ou réduites pour être à la hauteur réglementaire.

– lorsque les branches surplombent le terrain du voisin, ce dernier peut obliger à les faire couper (il ne peut pas les couper lui-même). Il ne peut pas cueillir les fruits portés par ces branches mais seulement ramasser les fruits tombés naturellement sur son terrain.

– par contre, si des racines, ronces ou brindilles colonisent sa propriété, le voisin peut les couper lui-même à la limite de la mitoyenneté.

– les arbres et arbustes peuvent être plantés sans respecter ces distances mais ils doivent l’être en espalier et ne doivent pas dépasser la crête du mur.

amet, felis at Aenean facilisis dictum nunc ipsum