Histoire

Histoire / Istor


Les origines


Pluguffan vient du breton ploe qui signifie paroisse et de Cuvan qui était un saint breton (devenu Cuffan). La commune de Pluguffan est née de la paroisse de Saint-Cuffan, fondée au VIème siècle.

La découverte de plusieurs vestiges archéologiques permet d’attester une occupation humaine datant du Néolithique (vers 5000 / 4500 av.J.-C) sur la commune de Pluguffan :

  • Le Dolmen de Menez Liaven (classé MH en 1922), dans le Bois des Korrigans
  • Le tumulus de Kervernar, daté de l’âge de bronze, et reconstitué au Musée préhistorique de Pors Carn à Saint Guénolé Penmarc’h.
  • Le tumulus de Kereuret, datant de l’âge de bronze et aujourd’hui disparu.
  • Des poteries romaines (bol à pied, culot d’amphore, tasse, cruche, vases ovoïdes, écuelles…)

Statue de Saint-Cuffan représenté en évêque, Eglise Saint-Cuffan, Pluguffan


Quelques événements marquants


La bataille de Dour Ru : Epilogue sanglant d’une révolte paysanne

La bataille de Dour Ru est un élément marquant de l’histoire de Pluguffan. Datant de 1490, elle s’inscrit dans le contexte plus large de l’histoire de la Bretagne.

Lorsqu’Anne de Bretagne devient Duchesse en 1488, Jean II, Vicomte de Rohan et de Léon, s’oppose à elle comme prétendant au trône. Il lève de lourdes taxes pour mener la guerre, soutenu par les troupes du Roi de France qui veulent imposer aux paysans du Centre de Bretagne des lois plus dures que le droit coutumier breton.

La crise militaire ajoutée aux mauvaises récoltes exaspère les paysans qui se revolent. Une armée de quelques milliers d’entre eux, originaires de seize paroisses de Douarnenez à Huelgoat se constitue sous la direction de Yann Plouyé.

Le 30 juillet, cette armée prend Quimper et met la ville à sac avant d’être défaite une première fois le 4 août 1490 à Pra dar Raz, sur la route de Pont Croix au Nord de Pluguffan, par une armée constituée d’une milice bourgeoise de Quimper renforcée par une troupe espagnole et un corps de soldats anglais venant de contingents prêtés à l’origine par leurs souverains au duc de Bretagne François II pour résister à la France.

Les paysans se dirigent alors au Sud, peut-être pour attaquer le château de Stank Roc’han, siège du Kemenet et propriété de Jean II. Mais regroupés à la Boissière près du ruisseau du Dour Ru, ils sont de nouveau défaits le 6 août. La révolte est matée mais beaucoup de paysans ont pu s’échapper et une bande est assez forte pour organiser jusqu’au 7 septembre une « commune » à Châteauneuf-du-faou. Dans la prairie des mille ventres où ont eut lieu la bataille, des fragments d’armes et des fers à chevaux ont été retrouvés lors de l’aménagement de la zone artisanale de La Boissière – Bel Air.

En souvenir du combat, Plomelin a érigé un menhir et Pluguffan a posé sur le pont enjambant la voie rapide une plaque commémorant sont 5ème centenaire et portant l’inscription «  Emgan an Dour Ru » (combat de l’Eau rouge) et sur l’autre face les dates 1490 et 1990 de part et d’autre d’une hermine.


Histoire d’un blason


blason-pluguffan

Le blason de Pluguffan est apparu au milieu des années 1980

 

En termes héraldiques

D’azur à un cerf d’or rampant, et une bordure ondée de gueules et d’argent. Avec pour timbre une couronne d’or de remparts à trois tours ; et de part et d’autre de l’écu une branche de pommier et une de chêne liées en pied par une banderole d’argent portant la devise War’r prim.

Pour réaliser le vitrail ci-dessous, Charles Robert, maître-artisan verrier à Pluguffan, s’est inspiré du blason créé par un autre artiste local, Jakez Derouet.

Plus prosaïquement

  • Le fond d’azur (ou bleu) représente le pays Glazik et symbolise la justice, la loyauté.
  • Le cerf d’or (ou jaune) convient à une commune jadis chef-lieu d’un fief féodal boisé. Cet animal symbolise également le lien entre le ciel et la terre, la promptitude… Dans la tradition bretonne et celtique, il symbolise la longévité, l’abondance et le cycle de vie : naissance, mort comme passage et résurrection. Il est un conducteur d’âmes. Les populations préceltiques lui attribuant ce rôle, il y a un lien avec les deux tumuli de Pluguffan.
  • La bordure ondée rouge et argent marque le souvenir du massacre des paysans au lieu-dit an Dour Ru, en 1490. Le rouge symbolise le courage, la charité et le sang. L’argent représente la pureté, l’espérance et l’eau.
  • Les fortifications en forme de couronne, comme les deux branches, sont utilisées à des fins décoratives. Elles rappellent le fief féodal, ses deux mottes et les châteaux : Koadfao, Stank Roc’han, Keriner, Keraskoed, ar Vujid Vras…
  • Le pommier symbolise la connaissance et la sagesse. Le chêne, la force. Ils évoquent les parties cultivées et boisées de la commune.
  • La devise War’r prim signifie Sur le vif et s’accorde bien avec l’animal totem.

Le nouveau logo de Pluguffan

Ce nouveau logo exprime l’équilibre entre la situation de la commune et son environnement rappelé par le mariage du P de Pluguffan et du vert pour son côté rural. La feuille enfermée dans le P symbolise la végétation environnante, la courbe fermée par la flèche souligne la vitalité et le dynamisme de ses habitants sans oublier l’aéroport de Quimper-Cornouaille qui constitue un outil indispensable au développement économique de tout le Pays de Cornouaille.

Le brun est utilisé pour l’attachement de la commune à sa terre et ses agriculteurs. L’orange, couleur associée à la vitalité et à la communication est porteuse d’optimisme et de bonne humeur.

Le slogan « Au cœur de la Cornouaille » situe notre commune sur le plan géographique à la croisée des villes de Pont-l’Abbé, Quimper, Lorient, Brest. Sa traduction en breton « E- Kreiz Kerne » nous ramène à nos origines bretonnes et notre attachement à ce patrimoine linguistique.

007e6094dea88aa0359999946ed30031bbbbbbbbbbbbbbbbbb